L’Afrique du Sud ce n’est pas l’Afrique

“Je suis amoureuse d’une terre sauvage”, Africa, Rose Laurence.

Les rapports complexes de l’Afrique du Sud à l’Afrique dans les représentations des étrangers.

Enfant, lorsque je me promenais avec ma mère et mes deux petits frères jumeaux dans leur poussette double, il était courant que des gens nous arrêtent pour observer les bébés. Et immanquablement ils exprimaient leur déception devant mes frères qui ne se ressemblaient en rien et n’étaient pas habillés de la même façon. Mes chers frères ne correspondaient pas au stéréotype des jumeaux.

J’ai fréquemment entendu s’exprimer une déception du même ordre à propos de l’Afrique du Sud. Les amis, la famille qui nous rendent visite et même une partie des expatriés regrettent que le pays ne corresponde pas aux clichés de l’Afrique qu’ils ont en tête. Au passage je ne pense pas avoir entendu des remarques similaires à propos du Maroc, pourtant situé sur le même continent. Il faut dire que l’Afrique du Sud cultive également  largement son identité africaine  : les représentations de la carte du continent sont omniprésentes sur les T-shirt, les bijoux, les objets de décoration, et même des plateaux à fromage …

Partout les lodges soignent le caractère « africain » de leur décoration à grand renfort de rondavels, toits en chaume et objets de décoration en bois. On vous répète également à l’envie « This is Africa » pour justifier toutes sortes de désagréments (réparateur qui ne vient jamais, livraison à une heure inattendue etc.), ou bien dans un registre plus familier « Africa is not for sissies » si vous vous plaignez par exemple de l’horaire inhumain des game drive matinaux. L’identité africaine de l’Afrique du sud est donc appropriée,  affirmée, marketée et vendue aux touristes. C’est aussi un enjeu politique fort, notamment pour la population afrikaner qui, par son nom même, revendique avec vigueur son appartenance au continent.

Alors que signifie ce regret  si souvent formulé? Tout d’abord probablement le fait que le pays ne soit pas assez « noir ». C’est tout à fait paradoxal car plus de 80% de la population est noire, davantage encore si on inclue les colored. Toutefois les expatriés vivent en général dans un monde de blancs, tout comme les touristes. Les noirs sont présents pour occuper les multiples emplois de service qui les entourent mais les propriétaires des lodges sont blancs et les habitants des quartiers riches le sont encore largement. Si bien que l’Afrique du Sud peut apparaître, si on l’aborde à travers ses grandes villes et ses sites touristiques, comme un pays trop clair pour être vraiment africain. Par ailleurs le pays apparaît probablement trop développé au regard des clichés occidentaux sur l’Afrique : c’est toujours une surprise pour les arrivants de constater la qualité de ses infrastructures, surtout si l’on se limite aux quartiers aisés et aux grandes villes. La véritable Afrique se doit d’être sale, sans autoroutes géantes bien entretenues ni mall surdimensionnés. C’est tellement plus authentique. Les grandes villes sud-africaines ont des airs États-Unis ou d’Australie, j’ai croisé bien plus de Porsche, Mac Laren et autre Aston Martin ici qu’à Paris. Les expatriés se félicitent bien sûr de vivre dans des conditions matérielles identiques à celles de pays occidentaux mais regrettent parfois le manque d’exotisme qui en découlerait. On n’évoque pas assez le charme des coupures d’électricité, des magasins mal approvisionnés et des routes défoncées.

Ainsi les voyages au Mozambique tout proche permettent-il au retour de dire avec un air soulagé : « au moins là-bas c’est vraiment l’Afrique ». Et oui un pays vraiment pauvre avec très peu de blancs, voilà qui est plus proche de nos attentes. Bien sûr c’est un peu sale mais tellement authentique…

2 réponses sur “L’Afrique du Sud ce n’est pas l’Afrique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *